L’ÉPAULE DE DIEU

Dernière sortie avant péage

François Marchasson

Hervé Van der Meulen

“On m’avait promis que je ne mourrais que lorsque je l’aurais décidé moi-même.”
Eugène Ionesco / extrait de Le Roi se meurt


 

Deux hommes se retrouvent précipités dans des circonstances sans ordre qui sembleraient leur déformer, voire leur confisquer le Réel – ou partie. Réalité escamotée jusque dans ses dimensions de Temps et d’Espace où le discours peine à s’implanter. Dans un contexte qu’ils semblent à la fois connaître et méconnaître, où la mémoire dérape, butte sur elle-même mais sans leur échapper totalement, chacun souhaiterait retrouver un chemin, une logique apparente, une mesure commune qui leur permettrait de s’ajuster. Mais quelle issue emprunter pour se sortir de ce couloir ? Quel mot pour se hisser de cette impasse apparente qui les empêche, mais qui semble nuire à l’un plus qu’à l’autre ?

Peut-être un dialogue ?

 


Hervé Van der Meulen, metteur en scène

Acteur, metteur en scène, directeur et pédagogue.

Depuis sa sortie du Centre d’art dramatique de la rue Blanche, il a joué sous la direction de Raymond Paquet, Jean-Pierre André, Yves Gasc, Roland Monod, Bernard Anberrée, Jean Danet, Philippe Rondest, Ricardo Camacho, Laurent Pelly, Jean-Louis Martin-Barbaz, Jean-Marc Montel, Patrick Simon, Patrick Paroux, Nathalie Fillion, Christophe Lemaître, Chantal Deruaz. En 2011 et 2012, il joue Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme de Molière, mis en scène par Laurent Serrano, Le Comte de Parme dans La Conversation de Bolzano de Sandor Marai, mis en scène par Jean-Louis Thamin, et reprend en tournée Turelure du Pain dur de Claudel, mis en scène par Agathe Alexis et Alain Barsacq.

Il met en scène Le Bourgeois gentilhomme en espagnol à Bogota, La Périchole de Jacques Offenbach, Les Sincères de Marivaux, Rodogune de Corneille, Les Chemins de fer et Les Trente Millions de Gladiator de Labiche, Le Conte d’hiver de Shakespeare, L’Ingénu de Voltaire, Le Triomphe de l’Amour de Marivaux, Les Vagues de Virginia Woolf, Jacques ou la soumission et L’Avenir est dans les oeufs de Ionesco, L’Echange de Claudel, Journal d’un fou de Gogol, Les Mamelles de Tirésias (la pièce de Guillaume Apollinaire et l’opéra de Francis Poulenc réunis)… La Dame de chez Maxim de Feydeau.

En 2013, il met en scène Une des dernières soirées de carnaval de Carlo Goldoni. En 2014, il met en scène Jeux de Massacre, pièce très peu jouée de Ionesco, et joue dans un spectacle de la Compagnie Les Sans Cou, J’ai couru comme dans un rêve. En 2015, il met en scène Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare au Studio d’Asnières et Dancefloor Memories de Lucie Depauw à la Comédie – Française.

Codirecteur du Studio d’Asnières-sur-Seine depuis l’année 2000, il est directeur du Centre de formation des apprentis comédiens, depuis octobre 2006.

L’épaule de Dieu

Du 04/01 au 27/01/ 2020

Les lundis, mercredis et vendredis à 20h30
Les jeudis et samedis à 19h
Les dimanches à 17h

Relâche mardi

à partir de 16 ans
Durée du spectacle : 90 minutes

Mise en scène : Hervé Van der Meulen
Scénographie : Claire Belloc
Costumes : Isabelle Pasquier
Lumières : Stéphane Deschamps
Musiques: Stéphanie Gibert

avec :

François Marchasson : l’un
Patrick Paroux : l’autre

 

Production Le Studio d’Asnières
En co-réalisation avec l’Atalante
Ce projet est soutenu par l’ADAMI (dans le cadre du programme Adami-déclencheur)

DRAC - IDFLogo ADAMI SPEDIDAMCOPIE PRIVÉE